Voir le PDF
Commander

Les Cerisiers (26/2422)

Veyrier
Les Cerisiers

HISTORIQUE / SITUATION

Au cœur du village de Veyrier. La parcelle occupe une partie de la 4ème zone B protégée qui englobe le centre historique du vieux village et l’ensemble du hameau de Sierne. Un statut qui permet à l’Etat, sur préavis de la commune, de fixer au cas par cas le gabarit, le volume et l’aspect des constructions nouvelles afin de préserver l’architecture vernaculaire et l’échelle de l’agglomération rurale. Cette zone est en effet recensée par l’inventaire des sites construits à protéger en Suisse (ISOS). Le projet occupe aussi une partie de la 4ème zone ordinaire qui recouvre la périphérie immédiate du village entre le chemin de Sous-Balme et l’avenue du Grand-Salève, ainsi qu’un périmètre en limite de la frontière française.

A l’origine deux villas individuelles des années 1930 à 1950 sans cachet particulier ont été démolies. Les logements se trouvant hors zone de développement peuvent bénéficier de loyers libres pour un propriétaire en patrimoine familial, soit des loyers moyens qui correspondent à la demande.

Au pied du Salève, l’environnement agréable et arborisé offre un dégagement sur le vieux village, son église et, au loin, sur la pointe du jet d’eau. Aux petits commerces de proximité, écoles et infrastructures publiques, il fallait ajouter une déchetterie avec des containers terriers pour la gestion des déchets des immeubles et des constructions voisines.

PROJET

Un locatif au standard PPE. Les 22 logements spacieux comptent une surface moyenne de 29 m2 par pièce. Leur conception les rend faciles à meubler et leur plan constitue de vrais traversants avec un côté chambre, un côté séjour et une cuisine au centre. Toutes les pièces à vivre sont ouvertes sur deux façades avec de larges baies vitrées du sol au plafond, soit sur toute la hauteur de l’étage, pour offrir une luminosité maximale. Les finitions particulièrement soignées proposent des cadres de fenêtre en bois peint et des tablettes en granit anthracite.

La façade traditionnelle isolée en périphérie est crépie en deux tonalités de gris clair et gris souris pour créer des contrastes volumétriques. Les balcons équipés de garde-corps en inox assurent une longévité au projet et répondent aux exigences de la commission des sites et monuments.
En accord avec les autorités communales, le projet intègre des passages à mobilité douce et des passages publics à l’intérieur de la propriété en contrepartie d’un entretien assuré par la commune. Une réflexion particulière au niveau des aménagements extérieurs et des espaces publics liés au passage a permis de végétaliser et d’arboriser les surfaces pour inviter au cheminement. Des revêtements naturels carrossables et leurs éclairages nocturnes assurent une ambiance harmonieuse entre la nouvelle construction et les circulations habituelles.
La qualité des bâtiments à haute performance énergétique s’enrichit d’une chaudière à pellets. La rampe de garage, les terrasses couvertes des entrées d’immeubles et les toitures sont végétalisées.

Au niveau technique, pour couvrir le sous-sol, des dalles auto-portantes avec caissons apportent la statique nécessaire sans sommier supplémentaire, ce qui permet d’alléger la quantité de béton. Une amélioration technique novatrice, apportée par l’ingénieur.

Serge et Laurent Serafin, architectes du projet, notent une planification particulièrement agréable grâce à la qualité des entreprises participantes. Le chantier a été rendu à 18 mois, au lieu de 20, sans retouches nécessaires à la finalisation.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF