Voir le PDF
Commander

EMS L'Arbre de Vie (28/2701)

Etablissements médicaux
Sainte-Croix
EMS L'Arbre de Vie

HISTORIQUE/SITUATION

Parce que les aînés le valent bien. Longtemps, l’hôpital de Sainte-Croix a joué le rôle d’EMS pour la commune d’altitude du Jura-Nord vaudois. Situation hybride qui ne pouvait durer : l’EMS ne répondait plus à certaines normes et la place manquait pour accueillir les aînés. Plusieurs études ont établi la nécessité de construire, près de l’hôpital, un nouvel EMS de septante lits (comprenant dix-huit places supplémentaires par rapport aux cinquante-deux initiales). Lancé en 2012, le concours d’architecture remporta un vif succès. Sur les trente-neuf projets reçus, le jury opta pour The Tree of Life du bureau de l’architecte Patrick Minder, à Yverdon-les-Bains. Fruit de neuf ans de réflexion et de travaux, le nouvel EMS du Réseau Santé Balcon du Jura a ouvert ses portes en septembre 2017.

PROGRAMME

Assise et lumière. Deux idées phares ont dicté la réflexion de l’architecte. D'une part, une organisation spatiale offrant aux résidents une sortie de plain-pied à chaque niveau par des chemins sécurisés latéraux. Ceux-ci, situés à l’arrière du bâtiment, s’inscrivent en parallèle aux courbes de niveau du terrain et conduisent à un banc orienté face à la vue. D’autre part, un aspect monolithique et compact, sécurisant et lumineux marque la forme du bâtiment adossé à la pente. Ses ouvertures, avec un bardage métallique en aluminium, discret mais original, réfléchissent les variations du ciel et des saisons. L’intérieur se distingue par la qualité de sa lumière : baies vitrées dans les espaces communs et baies à double orientation dans les séjours d’unités. Puits de lumière carrés ajourant les plafonds, lesquels dialoguent avec les éclairages artificiels en forme de disques.
Écailles d’aluminium sur les façades, en partie visible de l’intérieur, dont les jeux et les reflets changeants rythment les heures et modifient l’aspect du bâtiment. Un ouvrage de caractère, vibrant et vivant de près, et s’intégrant bien de loin.

PROJET

Arbre de vie. Le bâtiment s’articule sur trois niveaux et cinq ailes ou unités de soins. Au rez-de-chaussée : celle des espaces collectifs ; au premier étage : les vingt-huit lits de l’unité de soins de la gériatrie ; et au deuxième : les quarante-deux lits de la psychiatrie de l’âge avancé (PAA). Une rocaille-fontaine «irrigue» le devant de l’EMS. De là, une esplanade inclinée mène à l’entrée, couverte et excentrée. Le rez, vitré sur toute la face Sud-Ouest, comprend l’accueil du public (réception, salle à manger ouvrant sur la cuisine dont résidents et visiteurs peuvent suivre l’activité). Derrière la réception, un escalier qu’éclaire un vaste puits de lumière, relie les étages supérieurs.

Pour atténuer la différence de taille entre l’EMS et la chambre individuelle, l’architecte a conçu l’ouvrage comme un village, avec allées, places, habitations et commerces. Un noyau de services occupe le centre de chaque aile. Espaces de vie communs et salles à manger se répartissent autour du puits de lumière central, lequel sert aussi de point d’orientation. Un séjour d’unité très lumineux occupe un angle de chaque aile. La couleur a inspiré le concept de l’arbre de vie à l’architecte. Elle égaye le quotidien des résidents. Elle identifie aussi les zones de l’établissement destiné à des personnes atteintes de différentes pathologies (désorientation spatiale et mentale, troubles de la vue et mobilité réduite). Une couleur unie caractérise les espaces de circulation. Un glacis recouvre les noyaux centraux en béton et concourt à un rendu soyeux. La gamme des couleurs s’inspire de celles visibles par la fenêtre : au rez, teintes d’humus, racines ; au premier, ocres et bruns, en écho à l’écorce des arbres ; à l’étage supérieur, verts tendres, jaunes orangés et rouges profonds rappellent les feuillages saisonniers. Un ton clair revêt les autres murs de circulation. Un marron foncé met en évidence les mains courantes et les portes des chambres. Dans celles-ci, un blanc cassé confère une neutralité lumineuse. Au lit et à la table de nuit, fournis par l’établissement, chaque résident peut ajouter ses meubles(armoire, commode, télévision, fauteuil, rideaux...), ses tableaux ainsi que ses bibelots pour élaborer l’ambiance de son choix dans son nouveau « chez lui ». Ce jeu de couleurs compte parmi les critères de «l’oasis de soin» projet pilote cantonal testé dans cet l’EMS.

PARTICULARITÉS

Les bienfaits du jardin. Ce projet d’EMS a d’emblée, inclus un jardin participatif et intergénérationnel. Vif intérêt de tous les partenaires potentiels. Ainsi l’association Mon Pote’âgé a-t-elle vu le jour en 2016. Les extérieurs de l’EMS disposent : de bacs fixes de jardinage avec accès direct pour les résidents en fauteuil roulant ; d’un jardin participatif et thérapeutique adapté aux hôtes et aux enfants ; d’une place de jeux ; d’un verger ; d’un biotope ; d’un sentier thérapeutique et peut-être prochainement d’un parc pour petits animaux.

Lieu de rencontre, d’échanges et de convivialité,le potager favorise le lien humain, la mixité entre les générations et les cultures. Différents publics s’y sensibilisent à des pratiques écologiques et au développement durable. Des instances régionales y prévoient des activités pédagogiques, artistiques et culturelles. Autant de manières d’embellir le cadre de vie des résidents et de les garder en contact avec la population. Outil de soin, le jardinage a des bienfaits indéniables : meilleure qualité du sommeil, activation de la mémoire, éveil des sens et paix intérieure. Le jardin devient un but dans la journée du résident, voire une responsabilité. Pour l’équipe soignante, le jardin modifie la relation duale. Propice à un accompagnement doux, il aide le personnel à se recentrer, à entretenir le plaisir du métier, motive, et diminue les risques de burn-out. Le jardin d’un EMS différencie l’établissement de ses concurrents. Les familles des résidents apprécient cette plus-value. Point de rencontre et d’échange, l’espace vert invite à une relation simplifiée et non médicalisée. A Sainte-Croix, sous le Chasseron, EMS et jardin constituent un lieu où vivre bien.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF