Voir le PDF
Commander

Nestlé Entre-deux-Villes-E2V (27/2530)

Banque - Administration - Commerce
La Tour-de-Peilz
Nestlé Entre-deux-Villes-E2V

HISTORIQUE/SITUATION

Le chalumeau de trop. E2V, pour Entre-deux-Villes, est le dernier bâtiment administratif de la multinationale Nestlé. Il prend place à la frontière entre les communes de Vevey et de La Tour-de-Peilz sur un terrain qui, durant des années, a servi de parking.

Construit en 1876 à cet emplacement, l’Hôtel Comte, acquis par Nestlé, avait fait l’objet d’une rénovation en 1986.

Travaux quasiment terminés, un coup de chalumeau inapproprié a réduit l’immeuble en cendres. A la fin des années 80, Nestlé prévoit la construction d’un nouveau centre à cet endroit et fait établir un plan de quartier toujours en vigueur. Le déplacement des laboratoires à Vers-chez-les-Blancs permet la création de bureaux et repousse le projet.

LE PROJET

Sur appel. En 2012, la firme veveysanne remet le projet en chantier pour rapprocher les collaborateurs installés en divers endroits et lance un concours sur appel auprès de quatre bureaux d’architecture. Avec pour but d’y tester une nouvelle organisation du travail et un plan de mobilité pour ses collaborateurs, mais aussi une volonté d’économiser l’énergie et de tester une nouvelle méthodologie de construction.

Le bureau Brönnimann & Gottreux l’emporte avec un bâtiment en H sur une base commune qui s’inscrit exactement dans le plan de quartier établi vingt ans auparavant, qui fixe non seulement les surfaces mais aussi la volumétrie et même la présence d’une cour intérieure.

La construction se présente sous forme de deux structures allongées, orientées Nord-Sud, reliées par des passerelles. L’étroitesse des volumes garantit à chaque place de travail un accès aux vitrages, donc à la lumière naturelle. Vêtues d’une double peau, verre triple extra transparent pour le vitrage intérieur et verre feuilleté pour la peau extérieure, les façades assurent une excellente isolation phonique et thermique. La volumétrie, l’angulation du bâtiment qui génère plusieurs facettes, le dégagement entre les deux jambages du H, la présence d’attiques facilitent l’inscription du nouveau volume dans l’urbanisme mutant qui caractérise la zone intermédiaire séparant Vevey de La Tour-de-Peilz.

SMART

Mobilité au travail. La nouvelle construction a permis à Nestlé d’introduire un aménagement ergonomique des places de travail qui devrait être étendu à tous les centres administratifs de la multinationale. Baptisée Smart workplace, l’expérience n’a pas pour but de restreindre les mètres carrés mais de les utiliser avec le maximum d’efficacité dans un milieu professionnel tellement mobile qu’on peut considérer qu’une place affectée à titre exclusif n’est occupée réellement qu’à quarante pour-cent du temps.

La solution a donc consisté à créer des zones de travail diversifiées : zones vertes avec plantes de la même couleur pour réfléchir et échanger, zones silence pour se concentrer, cafétérias, zones dialogue, salles de conférences, zones détente, open spaces. En conséquence, les collaborateurs ne disposent plus d’une place attitrée, ils bénéficient d’un casier d’un mètre linéaire, tout équipé pour leurs objets personnels mais se déplacent avec leur téléphone portable et leur ordinateur qu’ils peuvent connecter aux bureaux équipés d’écrans fixes. Ils choisissent leur espace de travail en fonction de leur occupation du moment et confient au numérique le produit du travail.

Dix pour douze. A terme, cela permet de compter une moyenne de dix places de travail pour douze collaborateurs et le principe s’applique même aux quelques bureaux directoriaux qui deviennent salles de conférences quand le détenteur est en déplacement.

Ce bouleversement des habitudes introduit une mobilité au travail et facilite les rencontres et la communication. Ces contacts sont générateurs de collaboration et de partage. Le principe est poussé au-delà au rez-de-chaussée de l’immeuble, dans les locaux de la filiale Purin dédiée à l’alimentation des animaux de compagnie : les collaborateurs peuvent venir travailler accompagnés de leur chien, pour autant qu’il soit bien socialisé.

Et, si le membre d’un autre département veut être accompagné de son animal préféré, il peut s’installer au rez-de-chaussée.

DEFIS

Excavation. Pour E2V, le premier défi a consisté à creuser l’excavation où asseoir un bâtiment dont les étages enterrés sont au niveau du Léman. Le soutènement de la fouille et son étanchéité ont été réalisés par un procédé qui consiste à solidifier un sol sableux par injection de ciment. Puis des pompes ont asséché le sous-sol pendant seize mois jusqu'au moment où le poids du bâtiment a compensé la poussée de l’eau.

L’autre défi de la multinationale était d’inscrire le nouveau bâtiment dans les critères Minergie. Outre l’isolation générale, c’est, comme pour le bâtiment Tschumi, l’eau du lac qui assure le rafraîchissement des locaux. C’est également l’énergie puisée dans l’eau du lac qui assure le chauffage au moyen de pompes à chaleur. Des panneaux photovoltaïques assurent la production d’énergie électrique alors que les installations de froid commercial pour le restaurant et le shop chauffent l’eau sanitaire. Enfin, depuis 1986, Nestlé n’utilise que des réfrigérants naturels pour toutes ses nouvelles installations de refroidissement.

METHODOLOGIE

LEAN. La méthodologie LEAN, réplique pour la construction des méthodes industrielles mises au point par les constructeurs d’automobiles, vise à améliorer la productivité en identifiant les faiblesses de l’organisation et en instaurant une planification collaborative avec tous les intervenants sur le chantier. Utilisée pour la première fois en Suisse, la méthode ne vise pas à exiger plus de vitesse de chaque intervenant au chantier mais à caler les équipes en fonction de l’avancée générale de telle sorte qu’elles ne se gênent, ni ne se freinent.

Une meilleure anticipation des problèmes en accélère la résolution. Aidé par une entreprise extérieure spécialisée, le maître d’oeuvre évalue un gain de six à douze mois sur le déroulement du chantier dont les fouilles ont commencé à mi 2013 et la livraison aux premiers occupants au début 2016.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF