Voir le PDF
Commander

Rue Louis-de-Savoie 51-53 (27/2595)

Rénovations | Résidences - Locatifs
Morges
Rue Louis-de-Savoie 51-53

HISTORIQUE/SITUATION

Objet intéressant au niveau local. Dans une rue commerciale du centre-ville de Morges, deux immeubles d’habitations contiguës, datant d’environ 1750, déjà reconstruits en 1855 et modifiés en 1980, ont besoin d’une rénovation. Classés en note 3 lors du dernier recensement architectural, les bâtiments sont protégés et l’intervention ne doit pas altérer les qualités qui ont justifié sa classification par la Section des Monuments et Sites. Le chantier a d’ailleurs été interrompu le temps d’établir un relevé archéologique des fondations et des canalisations anciennes. La typologie générale est traditionnelle avec des petits commerces au rez-de-chaussée, des appartements aux étages et un grand jardin allongé au Sud vers la promenade du bord de lac.

PROGRAMME/PROJET

Fusion des deux parties en un seul immeuble. La rénovation intègre la transformation des deux corps de bâtiments en une entité unique, avec la suppression d’une des deux cages d’escaliers et l’installation d’un ascenseur. Au rez-de-chaussée, la restauration concerne deux commerces ainsi qu’un appartement de trois pièces et demie. En tout, ce sont dix logements, du studio au quatre pièces et demie, qui ont été restructurés, avec de nouvelles salles de bain et cuisines remises aux goûts et aux standards contemporains.

Les fenêtres ont toutes été remplacées pour du triple vitrage. Les volets en bois aux tons bleus-gris ont été soit rénovés, soit changés, selon leur état.

Des balcons ont été mis en place sur toute la largeur de la façade pour les appartements des deuxièmes et troisièmes étages car le bâtiment d’origine n’en était pourvu qu’au premier étage. Cette modification d’aspect de la façade concerne uniquement le côté Sud et s’adapte parfaitement à la typologie des constructions voisines. A part son ravalement, le côté rue reste identique. La structure du toit à la Mansart a été conservée pour le surélever. Les architectes, pour ajouter un étage habitable, ont en effet utilisé les solives d’origine pour ancrer la dalle en béton du nouvel étage supérieur, avec une chape flottante, à la fois plus légère et plus isolante. De ce fait, la partie inférieure de l’ancienne toiture est devenue un mur maçonné, avec un avant-toit sur le Sud, côté lac, et quatre lucarnes réalisées sur chaque pan. L’escalier d’origine en pierre qui a été préservé, se prolonge maintenant jusqu'aux deux nouveaux logements en attique, un trois pièces et demie et un studio. A l’intérieur, la partie la plus riche historiquement concerne le premier étage qui était au siècle dernier un grand appartement traversant. La section des Monuments et Sites
a notifié l’obligation de conserver le charmant bow-window d’époque, entre autres.

Toutes les installations techniques ont été remises aux normes et une nouvelle isolation s’est faite par les murs intérieurs. Certains éléments de la structure d’origine, comme des poutres, ont dû être remplacés. Cette importante restauration qui comporte des modifications structurelles, notamment en toiture et en façade Sud, a permis au bâtiment de garder son caractère d’époque tout en s’intégrant à son environnement architectural.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF