Voir le PDF
Commander

L'épi d'Or (24/2149)

Résidences - Locatifs
Cugy
L'épi d'Or

HISTORIQUE / SITUATION

Développement à l’échelle de la commune. Aux portes de Lausanne, la commune de Cugy a vu le nombre de ses habitants augmenter fortement, passant, le temps de réaliser le projet “L’Épi d’Or”, de quelque 2’400 à 2’800 personnes.

Cette réalisation, qui prend place sur une parcelle d’environ 40 hectares d’un seul tenant, au lieu-dit “Es-Chesaux”, a fait l’objet d’une préparation très longuement mûrie: l’histoire de ces vingt dernières années est jalonnée de débats, contestations et recours que les habitants de Cugy ont provoqués pour s’assurer d’un développement à l’échelle de leur village.

Le terrain d’implantation s’inscrit en prolongation du bourg traditionnel, sur un plateau facile à raccorder aux infrastructures existantes et propice à des constructions dont la densité a pu être maintenue à un coefficient relativement bas avec un CUS de 0,38, compte tenu de la tendance actuelle au resserrement des exigences d’occupation du sol. Les infrastructures publiques existantes, y compris les écoles, sont en mesure d’absorber ces charges supplémentaires, sans adaptation notable.

PROGRAMME

Concept homogène et structuré. En totalité dédié à l’habitat, le quartier s’inscrit dans la pente naturelle du lieu et insère dans le paysage avec discrétion ses 132 logements répartis en 99 appartements, 15 villas contiguës et 18 villas individuelles. L’ensemble comprend aussi 185 places de parc intérieures, de même qu’une piscine chauffée, avec fitness et sauna, mis à disposition des habitants du quartier dans un bâtiment enterré et éclairé par des jours zénithaux.

Le quartier répond à un concept homogène et structuré sur les plans urbanistiques et architecturaux. De même, les équipements propres au quartier tels que les places de jeux et les zones de parcage présentent une organisation unifiée, tandis que le niveau technique de toutes les constructions, également standardisé, permet d’atteindre la labellisation Minergie.

PROJET

Organisation et typologies systématiques. Le projet comprend une plateforme enterrée qui constitue un sous-sol de parking commun à tous les immeubles et villas contiguës. L’implantation du tout répond aux exigences du plan de quartier et les volumétries retenues contribuent à minimiser l’impact des constructions qui se présentent comme un ensemble cohérent, au bâti et non-bâti équilibré, tout en singularisant différentes typologies de construction, notamment par la forme des toitures, la présence ou l’absence d’attique et de balcons couverts.

La plus forte densité se situe à l’aval, en rapport avec le secteur plus urbain de la commune et les villas trouvent place côté amont, au contact du cadre campagnard. Ces choix distributifs s’accompagnent d’aménagements extérieurs soigneusement calibrés pour souligner la nature et la place accordée à chaque unité de construction.

Construits sur des bases structurelles identiques -béton armé et maçonnerie- les différents bâtiments de la composition bénéficient d’une enveloppe isolante périphérique, crépie et de couvertures en plaques de fibrociment, sur lesquelles prennent place des panneaux solaires thermiques.Des vitrages doubles et triples et un système de chauffage, avec distribution par le sol à basse température et production par pompes à chaleur, équipent l’ensemble des logements. Les exigences énergétiques requises pour Minergie appellent à l’installation de systèmes de ventilation à double flux et récupération de chaleur sur le circuit de l’air vicié.

Choix des finitions, des équipements de cuisines et salles de bain sont laissés dans une large mesure à la discrétion des acheteurs et dans les villas, la possibilité d’ajouter une pergola remporte souvent l’intérêt des propriétaires. Les travaux, débuté en mars 2010 ont permis d’aboutir à une commercialisation intégrale, exécution terminée à fin 2012.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF