Voir le PDF
Commander

Bois Chamblard (25/2308)

Villas
Buchillon
Bois Chamblard

HISTORIQUE / SITUATION

Une fortune léguée à l’EPFL. Construite en 1935 puis agrandie en 1958, la villa originelle appartient d’abord à Charles-Erico Nicola. Ayant suivi ses études à l’Université de Lausanne en géophysique et météorologie où il obtient une licence en sciences, l’homme réunit dans sa villa des scientifiques, des politiciens et des penseurs de renommée internationale, attachés à la cause de la paix et de l’environnement. Il meurt fin 2001, léguant son idéal de chercheur, sa propriété de 62’000 m2 en bordure de lac, ainsi qu’un immeuble locatif à Lausanne et treize millions de francs à l’Ecole Polytechnique de Lausanne. Son amitié pour Monsieur Badoux, ancien directeur de l’Ecole, et sa volonté de voir perdurer les activités qu’il avait développées de son vivant expliquent ce legs.

Au coeur d’un site exceptionnel, à la lisière d’une forêt de chênes que le donateur avait plantée, la Fondation Bois-Chamblard, créée en 2000, maintient la propriété comme lieu d’échanges et de rencontres à disposition de l’EPFL et du monde universitaire et contribue à la recherche dans le domaine de l’environnement et de l’écologie. Outre sa valeur symbolique, la villa est notée 3 au registre des monuments historiques qui préconise le respect de son caractère architectural, ce qui écarte toute option de démolition-reconstruction. La forme et l’emprise de l’extension doit tenir compte de la proximité de la lisière de la forêt. Le 4 septembre 2009, le maître de l’ouvrage obtient le permis de construire et les travaux débutent en mars 2011. La transformation vise à offrir des conditions d’accueil adaptées aux besoins de l’Ecole.

PROGRAMME / PROJET

L’extension en verre et en bois donne sur le parc boisé. L’intervention porte d’abord sur la rénovation de l’enveloppe de la maison, en maçonnerie, qui va bénéficier d’une isolation périphérique crépie. Soutenue par un système en chêne lamellé collé, l’extension s’harmonise avec son environnement forestier. 

Le principe de fermes en bois pour la charpente est conservé pour l’agrandissement mais avec une couverture en cuivre succédant à l’existante en tuile. Ce dernier prend place au nord-ouest, remplaçant ainsi une surface existante. La bâtisse, qui présente différents systèmes constructifs, issus de ses diverses modifications passées, est vidée et complètement réaménagée afin d’accueillir un vaste espace de réception comprenant un salon et une salle à manger, ainsi que des locaux de service. 

Une salle de conférences en forme de spirale, construite en bois et en verre, pouvant accueillir une cinquantaine de personnes, vient se lover entre les deux ailes de la villa originelle, qui sont décloisonnées pour permettre la circulation entre les différents espaces ouverts. 

Les sols, en résine dans les locaux techniques, sont partout ailleurs recouverts de parquet. Le mur qui sépare la salle de séminaire de l’espace principal est entièrement doublé de granit du Tessin, provenant de Maggio. Les plafonds sont couverts d’un plâtre acoustique et revêtus d’une toile en fibres de verre. 

Le chauffage est fourni par une centrale à pellets et la chaleur est distribuée en chape. L’extension est ventilée et rafraîchie. Le langage esthétique des façades de la villa est préservé grâce à des fenêtres coulissantes. La contrainte nécessitant de créer une extension qui corresponde au périmètre de la pergola existante est respectée ainsi que toutes les obligations liées à une zone de grande proximité de la forêt, classée en secteur S, pour la protection des eaux du Léman.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF