Voir le PDF
Commander

Le Clos du Cerisier (27/2488)

Résidences - Locatifs
St-Prex
Le Clos du Cerisier

SITUATION / CONCEPT

Une ancienne carrière réhabilitée. A l’ouest du vieux-bourg de Saint-Prex, une ancienne carrière d’une superficie de 4800 mètres carrés a été réhabilitée pour faire place à un bâtiment de 17 logements, d’une garderie d’environ 660 m2 et d’un bar à vin. Orienté d’un côté vers le lac et de l’autre vers le vignoble, ce terrain communal vierge est mis à disposition en droit de superficie pour une durée de 70 ans à la Coopérative d’habitation Cité Derrière.

Le programme du concours, lancé en 2012 par la Coopérative Cité Derrière, prévoyait la création d’un ensemble d’éléments bâtis mixte avec pour un tiers des surfaces réservées à une garderie pouvant accueillir 66 enfants, un autre tiers dédié à des appartements adaptés de 2 pièces et le tiers restant pour des logements à loyer abordable répartis entre des 3 et 4 pièces. Le bureau d’architectes, lauréat du concours, a ainsi imaginé un seul bâtiment réparti en trois couches horizontales donnant ainsi une forme allongée à l’immeuble.

PROJET

Une coursive dessert les deux types de logements, adaptés et à loyer abordable. Le bâtiment s’articule comme un millefeuille avec au rez-de-chaussée les espaces dédiés à la garderie, à une salle communautaire et au bar à vin. L’étage supérieur est réservé aux logements adaptés et le dernier étage abrite les appartements à loyer abordable. Afin d’éviter la création de deux ou trois cages d’escaliers pour ce bâtiment tout en longueur, les concepteurs du projet ont imaginé une seule cage d’escaliers desservant une coursive fermée et vitrée depuis le premier étage et qui donne accès à tous les appartements. Au bout de cette coursive, une passerelle relie une place située en hauteur et réservée aux résidents. Un cerisier y trône fièrement. Cette place fonctionne comme un espace de rencontres favorisant les échanges. Les logements adaptés se situent au même étage que la coursive. Les appartements adaptés possèdent tous un généreux local de rangement qui fait office de réduit à l’intérieur-même de l’appartement.

Pour accéder aux logements à loyer abordable, on accède par la même coursive, mais dès le palier de l’appartement franchi, un escalier mène directement à l’étage supérieur, où l’on trouve les pièces de vie et les chambres à coucher. Cette configuration crée de petites maisonnettes à l’intérieur de l’élément bâti. Tous les espaces sont traversants, ce qui amène une importante lumière naturelle à l’intérieur des logements. Le sous-sol est réservé au parking, à des espaces pour la garderie ainsi qu’aux locaux techniques et aux caves des appartements.

Le toit à deux pans apporte visuellement une dynamique forte grâce à l’alternance entre une pente la plus faible permise par le règlement
communal et une pente la plus forte possible. Le pan, incliné de manière la plus importante, est recouverte de panneaux solaires thermiques et photovoltaïques. La structure du bâtiment est, quant à elle, en béton recouverte d’une isolation périphérique.

Le socle de l’immeuble est franchement marqué par un rouge rappelant la robe de la cerise, tout comme les stores et les murs intérieurs en brique de la coursive. Quant à la garderie, son plan a été pensé en un seul espace qui s’est ensuite cloisonné en fonction des besoins des utilisateurs. Un travail sur les couleurs des différents espaces a été réalisé avec le plasticien et consultant coloriste en
architecture, Claude Augsburger. La palette se décline dans des tonalités chaudes passant du rouge, à l’orange et au jaune.

Le bâtiment est labellisé Minergie P® et Minergie A®, c’est-à-dire qu’il est autonome en matière d’énergie. Le toit fournit l’énergie qu’il faut pour l’ensemble du bâtiment. S’il se trouve en surproduction durant l’été, il alimente alors le réseau électrique public.

Le principe du chauffage se veut autorégulant. Si quelqu’un cuisine et que la température augmente à 25°C alors que le chauffage est réglé sur 24°C, le chauffage lui ôte automatiquement un degré. La température à l’intérieur du bâtiment est ainsi à tout moment équilibrée. Un complément de chauffage à pellets est prévu en cas de besoin, notamment durant l’hiver.

A l’extérieur, un jardin attenant à la garderie a été aménagé. Une grande partie de la parcelle a été libérée de toute construction pour la restituer aux habitants du quartier dans un esprit de mixité sociale. La place ainsi libérée, donnant sur le carrefour, a été agrémentée d’une quinzaine de platanes créant une place publique. L’idée de la commune était que cet espace devienne le centre du quartier. Une station de vélolib a également été installée permettant de rejoindre Morges ou Lausanne à la force des mollets.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF