Voir le PDF
Commander

Hôtel de Ville (25/2267)

Rénovations | Transformations intérieures
Morges
Hôtel de Ville

HISTORIQUE / SITUATION

Au cœur du centre historique de Morges. Bâtiment emblématique occupé par l’administration communale, l’Hôtel de Ville occupe la place éponyme, entre la Grand-Rue et la rue Louis-de-Savoie. Il regroupe deux bâtiments distincts: l’Hôtel de Ville à proprement parler et “l’ancienne Grenette et Casino” construite entre 1822-1827 par l’architecte vaudois Henri Perregaux. L’Hôtel de Ville intègre des constructions datant de 1510 à 1620. 

Considéré d’importance nationale, il est noté 1 au classement des monuments historiques. 

L’intervention architecturale y reste minimale (restitution de volumétries généreuses et réfection de la toiture). “L’ancienne Grenette et Casino” abritait à l’origine le marché aux grains et louait le bel étage à l’administration privée du “Casino” (salle de spectacle et de conférences). D’importance régionale, le bâtiment est classé en note 2 à l’inventaire des monuments historiques. 

Des interventions postérieures et des changements d’affectation ont endommagé ses qualités spatiales et résultent notamment dans la suppression de la double hauteur de l’ancienne halle au grain. Cette intervention s’est faite au profit d’une mezzanine de bureaux qui banalise un intérieur au potentiel grandiose.

L’évolution dans l’organisation de l’administration Morgienne, ainsi que les 26 ans écoulés depuis la dernière rénovation du bâtiment rendaient une intervention plus que nécessaire pour répondre aux standards actuels, notamment au niveau de l’accueil des citoyens et du public, de la sécurité des personnes et des attentes en matière de performances énergétiques. 

PROJET

Respect du passé et intervention résolument contemporaine. C’est dans un contexte de restructuration profonde et de respect du patrimoine bâti que les architectes sont intervenus. 

Le suivi rigoureux des restaurations et conservations d’éléments remarquables a été mené en étroite collaboration avec le service des Monuments et Sites de l’Etat de Vaud. Il s’agissait de revenir aux qualités architecturales intrinsèques du bâti tout en soulignant avec délicatesse l’intervention contemporaine. 

La ligne directrice de l’intervention peut donc se résumer ainsi: clarifier les liaisons entre les différents bâtis et sublimer les qualités architecturales de ces monuments remarquables. C’est en particulier la restitution de la double hauteur de la halle aux grains de “l’ancienne Grenette et Casino” qui se doit de représenter au monde la société morgienne: à la fois moderne et chargée d’histoire.

Ce dégagement permet de rétablir un vaste forum public dans l’esprit des dispositions d’origine, tout en conservant un confort contemporain grâce à la fermeture des arcades au moyen de verrières. Le projet améliore également la relation entre les deux immeubles, par la construction d’une nouvelle circulation verticale et des liaisons horizontales plus fluides. La façade donnant sur la cour intérieure est remplacée par une façade largement vitrée qui apporte un maximum de lumière jusqu’au rez-de-chaussée. Une cour accessible aux usagers est aménagée au fond de la ruelle de l’Impasse de l’Hôtel-de-Ville et anime le coeur du bâtiment. 


Sur le plan énergétique, le bâtiment était peu efficace. Si les murs de moellons épais offrent une excellente inertie au bâtiment, la plupart des autres éléments d’enveloppe, tels que les fenêtres anciennes ou les portes, ne correspondaient pas aux standards énergétiques actuels. Les contraintes spécifiques liées à la valeur historique et à la conservation du bâtiment impliquent des choix qui peuvent sembler incomplets. La réversibilité des interventions, destinées à ne durer que quelques décennies, reste de mise. 


Le projet propose ainsi d’intervenir sur l’enveloppe de manière relativement ciblée, en renonçant à proposer une isolation, tant périphérique qu’intérieure, pour se concentrer sur l’amélioration des ouvertures et des toitures ainsi que sur les surfaces pouvant être isolées sans porter atteinte à l’intégrité historique du bâtiment.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF