Voir le PDF
Commander

Centre socioculturel Ecublens (24/2120)

Culture - Sports - Loisirs
Ecublens
Centre socioculturel Ecublens

HISTORIQUE / PROGRAMME

A la croisée des chemins. Située dans une zone centrale d’Ecublens, la parcelle communale du Croset, d’un peu plus d’un hectare, jouxte deux centres commerciaux, plusieurs écoles, les services publics de la ville, la piscine et de nombreux logements. Jusqu’en 2008, cette parcelle était louée comme parking à la Coop. Un concours d’architecture a été organisé par la Commune pour mettre en avant cet emplacement central qui se situe à la croisée de plusieurs cheminements piétonniers reliant les différents bâtiments scolaires et les quartiers de logements. Cette place centrale a pour but de devenir la pièce maîtresse d’un puzzle qui réorganise les cheminements du quartier.

Les besoins du maître de l’ouvrage étaient clairs. En plus d’une place publique, la commune avait besoin d’une garderie, d’une bibliothèque, d’un réfectoire scolaire, de salles pour les sociétés locales, d’un centre pour les jeunes et d’un espace pour ses archives. Elle devait également  proposer des appartements protégés pour les aînés de la commune. 

Le projet lauréat du concours propose de séparer les deux programmes, avec un bâtiment qui concentre les activités sociales de la commune et un deuxième bâtiment pour les logements protégés qui permettent le maintien à domicile de personnes âgées ou à mobilité réduite.

CONCEPT

Une garderie en terrasses. Le bâtiment d’activités publiques répond à son homologue situé de l’autre côté de la place publique et qui abrite les logements protégés. Sa particularité, outre le fait d’être labellisé Minergie, tient dans le fait d’avoir installé les deux garderies - une entité communale (Les Mouflets) et une entité privée (Domino) - non pas au niveau du rez-de-chaussée, mais réparties dans les étages supérieurs du 2ème au 5ème étage. De plain-pied, se trouvent le réfectoire scolaire avec un APEMS (Accueil pour enfants en milieu scolaire) et un centre pour les jeunes. Au 1er étage on trouve une bibliothèque, une ludothèque et à l’arrière du bâtiment des salles pour les sociétés locales. Au sous-sol sont regroupés les locaux techniques ainsi qu’un espace pour les archives.

Le caractère public du site a poussé les architectes à privilégier l’installation des garderies dans les étages, protégeant ainsi les enfants du grand passage de ces espaces publics. La garderie communale propose 120 places en trois zones selon les âges, la nurserie, les trotteurs et les moyens. Une 4ème section est réservée pour une UAPE (Unité d’accueil pour écoliers) s’adressant à des enfants de 1ère et 2ème enfantine. Pour chaque âge, de grandes terrasses de 200 m2 sont aménagées en toiture pour permettre les jeux des enfants en toute sécurité. 

Des parasols y sont implantés avec des éléments de jeux en fonction des âges. À l’intérieur, les sols sont en résine et les diverses zones d’activités se différencient par un concept couleur. Chaque zone est organisée autour d’un box central qui réunit les locaux techniques ou sanitaires. Le sol est dans les tonalités pastel, tandis que les murs du box sont de teintes beaucoup plus vives. Les ouvertures en façades ont été pensées pour les enfants et descendent donc jusqu’à 30 cm du sol, à hauteur d’yeux d’enfants.

Les façades extérieures sont en authentiques briques anthracite. Montées une à une sur place, elles font référence à un jeu de lego. Référence que l’on retrouve également dans la forme des bâtiments qui sont comme des éléments posés les uns sur les autres. Pour que les bâtiments s’affirment par rapport au bâti environnant, les concepteurs ont cherché la hauteur et un matériau fort qui donne une identité visuelle au projet.

La place publique, au centre des deux bâtiments, donne sa cohérence au projet car les bâtiments et les espaces extérieurs sont intimement liés. La place se veut donc très minérale pour contraster avec le parc. Elle a été réalisée avec de grandes plaques en béton dans un dégradé de trois teintes: blanc, gris clair et gris foncé, donnant un effet de perspectives intéressantes, comme une oeuvre d’Escher. 

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF