Voir le PDF
Commander

Hôtel particulier administratif (28/2680)

Transformations intérieures | Banque - Administration - Commerce
Genève
Hôtel particulier administratif

HISTORIQUE/SITUATION

Identité du site. Dense et dynamique, le quartier de Plainpalais conserve aujourd’hui encore les traces d’un
passé aux accents faubouriens et aux empreintes populaires.
Ses rues animées où se succèdent boutiques branchées, ateliers et bistros hauts en couleur en font un lieu très convoité, planté dans l’hypercentre de la ville de Genève. Au coeur de ce décor, la rue des Voisins n’est pas en reste. Voie étroite, elle abrite une foule d’activités différentes, réparties dans de jolis ensembles bâtis à la fin du 19e siècle ou des immeubles réalisés dans les années 1980. À l’arrière de cette agitation, d’insoupçonnées cours intérieures encombrées cachent encore des espaces de calme. Cette sérénité se révèle notamment au numéro 17 de la rue, à l’arrière d’un bâtiment anonyme.

Accessible par un passage large et discret, cernée d’immeubles hétéroclites, la cour abrite une surprenante bâtisse construite au tournant du 20e siècle. Un volume compact qui a servi pendant plusieurs générations de bureaux et d’entrepôts pour une entreprise locale de plâtrerie-peinture.

PROGRAMME

Réappropriation de l’usage. Cette construction qui n’a sans doute jamais été dévolue à l’habitation s’est vue fortement modifiée au fil du temps et au gré des besoins des usagers. Elle conserve néanmoins ses qualités formelles, avec un plan rectangulaire et un gabarit de R+2 ramené sous une toiture à deux pans.

Planifié de longue date, le déménagement de l’entreprise permet d’envisager la transformation du volume, une accroche avec le tissu bâti adjacent et une extension conséquente côté Est. Le potentiel prometteur est décelé par un atelier d’architectes de la place qui entend bien s’y installer. Les espaces nécessaires à l’activité du bureau s’organisent alors au premier et au second niveau, tandis que le rez-de-chaussée accueille des surfaces indépendantes, facilement modulables. Le nouveau sous-sol propose quant à lui une salle de détente commune, avec cafétéria et zone de rencontre.

PROJET

Renaissance du bâtiment. Le parti adopté pour les nouvelles interventions veut marquer le bâtiment, sans toutefois en ravir l’identité intrinsèque. Laissant une lecture assez nette des éléments anciens encore en place, les quatre façades affichent un langage contemporain. Une modernité claire et assumée, soulignée par une gamme chromatique sobre où les déclinaisons de gris ont la part belle. Les matériaux de l’enveloppe restent sobres, avec une couverture en fibrociment, une ferblanterie en zinc, des murs crépis, de fines menuiseries en aluminium et des systèmes d’obscurcissement en toile. La lumière naturelle baigne les espaces grâce aux généreuses fenêtres et à un aménagement habile (double hauteur entre le premier et le deuxième niveau, profonde courette anglaise pour le sous-sol).

Les finitions intérieures optent pour une simplicité industrielle, à l’image des chapes cirées, des dessous de dalles en béton brut ou des piliers en métal laissé à nu. À près de trois cent mètres de profondeur, deux sondes géothermiques avec échangeur de chaleur assurent le chauffage et le rafraîchissement de l’ensemble. On peut encore noter que, d’un point de vue technique, l’état physique du bâtiment et la présence de constructions adjacentes ont nécessité de nouvelles dalles en béton armé, ainsi que d’importantes reprises en sous-oeuvre. Parfaitement maîtrisée, l’opération renforce les qualités générales du périmètre. Les nouveaux usagers bénéficient de tous les avantages d’un bâtiment rénové de fond en comble et le voisinage profite d’un bel espace requalifié, avec surfaces herbeuses et plantations.

Entre les façades arrières parfois un peu tristes des bâtiments d’habitation ou de bureaux, c’est tout le quadrilatère de la cour qui s’en trouve pleinement valorisé.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF