Voir le PDF
Commander

Agroscope (27/2498)

Banque - Administration - Commerce
Changins-Nyon
Agroscope

HISTORIQUE / SITUATION

Trop cher à rénover. L’Agroscope de Changins est le centre de compétences national pour la formation des métiers de la vigne, du vin et de l’arboriculture. Propriété de la Confédération, les anciennes infrastructures étaient obsolètes et trop chères à rénover. Le mandant a donc décidé de restructurer l’institution avec deux conditions : maintenir l’exploitation durant les travaux et privilégier les questions environnementales et énergétiques. Les travaux se déroulent en plusieurs phases. D’abord l’édification d’un nouveau bâtiment de laboratoires et de bureaux (9 000m2 de surface au sol), puis la construction de dix serres et de son « rempotoire » (bâtiment de préparation des plantes).

RÉALISATION

Phasage. Le premier bâtiment édifié regroupe les bureaux, les laboratoires, les chambres froides et divers locaux spécialisés. Tous ces locaux étaient auparavant dispersés dans plusieurs immeubles destinés à la démolition.

Un phasage très précis a donc été établi pour assurer aux utilisateurs de poursuivre leurs activités et tester les nouveaux équipements au fil des déménagements. Pour répondre aux spécifications environnementales et énergétiques, le nouveau bâtiment est conforme aux exigences Minergie-P-Eco (Premier bâtiment de laboratoires labellisé Minergie- P-Eco en suisse). Le label P certifie des bâtiments qui visent à une faible consommation énergétique. Quant à la partie dite Eco, elle certifie tant des mesures de santé – éclairage, protection contre le bruit – que celles touchant à l’écologie du bâtiment – matériaux, procédés de construction, énergie grise.

Pour répondre à ces exigences la construction nouvelle est autonome en matière de chauffage par une pompe à chaleur et plus de 4,4 kilomètres de sondes géothermiques. Sur le toit, 400 mètres carrés de panneaux photovoltaïques contribuent à une partie de l’approvisionnement électrique.

Enveloppe. Pour assurer la meilleure intégration du bâtiment dans le site, une façade porteuse a été réalisée en bois.

Agrémentée de pastilles sérigraphiées vertes et ocres mais aussi de miroirs, l’enveloppe prend les couleurs de la vigne environnante, dont les tons changent au fil des saisons. Intérieurement, les locaux ont été conçus avec un maximum de souplesse : les bureaux peuvent être transformés en laboratoires, et inversement.

Les besoins en matière de sécurité ont imposé l’emploi de systèmes sophistiqués tant pour le contrôle des entrées que pour l’approvisionnement électrique ou hydrauliques des installations sensibles.

PARTICULARITÉS

Difficultés. En plus de l’obligation de phasage, certains locaux spéciaux ont nécessité une attention toute particulière. Notamment les phytotrons, installations de recherche en biologie végétale où tous les paramètres environnementaux sont contrôlés. Mais aussi les chambres climatiques de culture bactériologique, celles d’élevages d’insectes, ou la serre de virologie de quarantaine et son laboratoire associé qui bénéficient d’un confinement spécial.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF