Voir le PDF
Commander

Grand amortisseur de bruit (27/2552)

Industrie - Artisanat | Transports
Genève
Grand amortisseur de bruit

HISTORIQUE/SITUATION

Où ? Bâti sur la plaine de Cointrin en 1920, l’Aéroport de Genève n’a eu de cesse de s’adapter au fil des ans à l’évolution technologique des avions, à l’accroissement du nombre de vols et de passagers. En parallèle à ce développement, la ville de Genève ainsi que les communes alentours grandissaient et s’étendaient, rendant indispensables les actions permettant de préserver au mieux les riverains toujours plus nombreux et toujours plus proches.

C’est dans ce contexte que fut lancé en 2010 le projet de l’amortisseur de bruit tel qu’il est réalisé aujourd’hui, permettant aux avions d’effectuer leurs essais moteurs en en réduisant au maximum les effets sonores. Mais avant de développer ce concept inédit, n’ayant pas de précédent dans le monde à ce jour, la définition de l’emplacement était un enjeu majeur car devant répondre à un nombre impressionnant de contraintes normatives et légales tout en apportant une réelle plus-value opérationnelle à la plateforme aéroportuaire.

PROGRAMME

Pourquoi ? Afin de protéger les riverains et le personnel, le choix s’arrête sur le site de l’aire Sud de l’aéroport, à proximité directe des ateliers de maintenance. Une option judicieuse qui réduit les déplacements des avions, induit par ricochet une baisse conséquente des nuisances (bruits, émissions gazeuses) et apporte une amélioration des conditions opérationnelles sur les aires de trafic sans affecter les places de stationnement pour les appareils. Au surplus, on notera que les halles existantes situées sur l’arrière fonctionnent comme un écran phonique, véritable obstacle à la propagation du bruit.

Les inconvénients désormais limités au maximum, c’est en pleine puissance que peuvent s’effectuer les tests de fonctionnement des réacteurs, les travaux de maintenance, les essais, les réparations ou les recherches de pannes pour des avions d’une envergure maximale de trente-six mètres.

PROJET

Comment ? Orientée en fonction des vents dominants, longue de près de septante-cinq mètres, avec une largeur de plus de cinquante mètres et une hauteur de dix-huit, cette halle se voit fermée d’un côté par des déflecteurs verticaux incurvés et, sur la face opposée, d’un déflecteur basculant capable de s’encastrer complètement dans le sol.

La structure portante se compose de trois cadres métalliques d’une portée de quarante-six mètres sur lesquels viennent s’appuyer des poutres tridimensionnelles longitudinales. Les pièces sont peintes, l’ensemble préfabriqué en atelier puis boulonné sur le site. Destiné principalement à la protection phonique, l’enveloppe extérieure du bâtiment comprend des plaques autoportantes en béton pour les faces latérales et des tôles suspendues aux poutres pour la toiture.

En béton renforcé, le sol intérieur possède les mêmes capacités de résistance que le tarmac à l’extérieur. Élément de haute technicité, le déflecteur escamotable se compose d’une plaque de 600 mètres carrés. Conçue avec une ossature métallique et recouverte de tôle striée, cette immense plaque se soulève grâce à deux vérins de traction fixés à la structure. Monté en trois minutes à 45°, l’élément dévie les gaz et bruits lors des essais moteurs, contribuant ainsi à une meilleure dispersion des polluants. En position abaissée, il n’entrave aucunement la circulation des avions.

Adossé à la façade Sud-Ouest de l’amortisseur, un petit local accueille des installations de contrôle pour le fonctionnement général, tels les équipements de sécurité, les caméras, les systèmes d’alarme et de communication. Traité de façon simple et priorisant la fonctionnalité, l’édicule comprend, outre l’espace technique, un local intégrant tout le système électrique haute et basse tension nécessaire au fonctionnement du bâtiment.

Construit de nuit pendant la fermeture du site (les grues de levage empiétant sur les limites autorisées du plafond aérien), ce bâtiment bénéficie d’une élégante simplicité architecturale en dépit des multiples exigences d’ingénierie auxquelles il se doit de répondre. Réalisé dans les limites maximales d’un périmètre restreint et en évolution permanente, l’amortisseur de bruit se présente aujourd’hui comme la solution optimale aux problématiques des essais moteurs.

Si besoin était, il confirme l’impressionnante capacité d’innovation et d’adaptation de l’Aéroport
international de Genève.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF