Voir le PDF
Commander

Les Platanes (29/2816)

Résidences - Locatifs
Genève
Les Platanes

HISTORIQUE/SITUATION

Densification du centre de Genève. Situé en zone de développement, entre l’aéroport et la gare Cornavin, l’ensemble formé de cinq immeubles borde la route de Meyrin, artère très importante desservant le centre-ville de Genève. Le bureau d’architectes genevois JL Richardet & H. Saini SA pour ce projet qui a permis la création de septante-deux logements et l’installation d’un poste de police.

PROGRAMME

Six niveaux de logements et des locaux pour la Police. Les maîtres d’ouvrage ont donné pour mandat initial aux architectes d’optimiser le terrain avec la construction de commerces au rez-de-chaussée et de logements dans les étages. Afin d’améliorer la densification, des négociations permirent d’ajouter un niveau supplémentaire à la barre rez + cinq niveaux prévu par le Plan de quartier.

L’affectation du rez-de-chaussée fut cependant modifiée en cours de construction, l’Etat de Genève souhaitant y installer un poste de police. Conformément aux souhaits des initiants, septante-deux appartements ont été créés entre 2014 et 2016, parmi lesquels vingt-quatre sont subventionnés et quarante-huit en PPE. Dans le respect du plan de quartier, une contre-route parallèle à la route de Meyrin permet d’accéder aux immeubles tout en y ajoutant quelques places de parc.

La Police genevoise occupe l’entier du rez-de-chaussée et une grande partie du sous-sol. Les projeteurs et constructeurs ont réalisé un défi important : intégrer en cours de chantier un poste de police. Toutes les normes de sûreté et de sécurité ont dû être prises en compte pour un centre fonctionnant 24h sur 24.

La construction propose dans les étages des logements standards aux loyers modérés. Afin d’éviter la spéculation, l’association Coin de Terre a négocié un droit de réméré lors de la vente des appartements en PPE. L’offre en logements comprend six quatre pièces, six cinq pièces et douze six pièces. Les cinq immeubles sont contigus, le n° 24 marquant un décrochement en retrait. Pour occuper au maximum le terrain, l’immeuble 24D forme un angle aigu en s’implantant entre la route de Meyrin et la route d’accès aux résidences voisines. La typologie des logements se répète jusqu’au dernier étage mais ceux disposés dans le bâtiment 24D sont différents en raison de la forme du bâtiment.

Dans cet ensemble parallèle au grand axe routier,les pièces de jour, côté rue, sont orientées au Sud et bénéficient de mesures spéciales antibruit alors que la plupart des chambres à coucher sont placées au Nord, plus calme. La distribution par les escaliers et ascenseur se fait par le centre, occupé aussi par les blocs cuisines et sanitaires qui marquent la transition entre séjour et chambres à coucher. Les séjours des cinq pièces du n° 24D profitent de la particularité du plan avec des baies vitrées s’ouvrant sur un grand balcon de trente-huit mètres carrés et prolongeant ainsi cet espace au Sud et à l’Ouest. Des appartements de quatre pièces occupent la partie arrière du 24D et ont vue sur la place de jeux.

Puisque le terrain était auparavant occupé par des villas, tout l’aménagement extérieur a dû être repensé et s’est réalisé une fois le chantier terminé. Plusieurs arbres aux essences diverses ont été plantés à l’arrière du bâtiment et une place de jeu a été aménagée. La densification du quartier se poursuit actuellement avec la construction d’un nouveau bâtiment à l’Est, le long de la route de Meyrin, alors que la zone située à l’arrière est encore en projet et devrait permettre à terme la création de plus de mille logements dans ce secteur.

PROJET/RÉALISATION

Le chantier se déroula sur dix-huit mois environ avec la construction simultanée des cinq immeubles après la démolition des villas. Réalisé en béton armé et enveloppé par une isolation périphérique, l’ensemble n’offre pas un aspect de barre monotone, les façades étant rythmées par les lignes des balcons et des bandes horizontales peintes de couleurs variées.

Les fenêtres à cadres en PVC ont un verre isolant triple. Les appartements bénéficient côté route d’un balcon à garde-corps en acier inoxydable et verre opaque sur lequel s’ajoute un réduit revêtu de panneaux Trespa colorés permettant de privatiser les balcons. Les techniques et matériaux habituels des logements : revêtement de carrelage dans la cuisine et les salles de bain, parquet en chêne dans les chambres et le séjour, murs en placoplâtre et béton armé, gypsage et crépis et/ou peinture,
plafonds en gypsage et peinture.

Une attention particulière a été prêtée à la ventilation avec l’installation en toiture de trois monoblocs de ventilation pour les logements et de plusieurs blocs indépendants au sous-sol pour le poste de police. L’eau est chauffée grâce à des panneaux solaires thermiques et une chaudière à gaz naturel chauffe les locaux. En outre, un panneau photovoltaïque alimente le groupe froid du poste de police. La construction de ce bâtiment en front de rue a nécessité plusieurs mesures de protection antibruit qui ont donné satisfaction.

Plutôt que de créer une double peau coûteuse, la préférence a été donnée à un ensemble de mesures liées : parapet de protection, installation d’un matériau absorbant au plafond des balcons (Knauf Organic Mineral), triple vitrage et adjonction d’une petite ouverture en imposte sous les fenêtres. Toutes ces installations techniques ont donc permis d’obtenir le label Minergie® standard pour ces immeubles.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF