Voir le PDF
Commander

L'Amandolier (27/2493)

Résidences - Locatifs
Genève
L'Amandolier

HISTORIQUE / SITUATION

Construire la ville en ville. Au coeur du quartier de la nouvelle gare des Eaux-Vives et du CEVA, la situation de l’immeuble offre de nombreux avantages. En plus des qualités générales de son environnement bâti et paysager – on trouve des maisons bourgeoises et de majestueux arbres à proximité – le périmètre bénéficie de toutes les commodités d’accès pour rejoindre le centre ville, l’arc lémanique et la Haute-Savoie voisine.

Située à l’angle de la route de Chêne et de la rue de l’Amandolier, à deux pas des lignes de tramway et de la future gare du CEVA, la parcelle abrite depuis la fin du 19e siècle une demeure patricienne. À l’heure où le canton de Genève vit une terrible crise du logement, la situation semble presque anachronique et, rapidement, il apparaît que la morphologie du terrain ainsi que sa belle arborisation augurent d’intéressantes potentialités, encore renforcées par un régime de zone permettant de construire à une hauteur de 21 mètres.

PROGRAMME

Densifier sans défigurer. L’affaire commence vraiment dans les premières années du 21e siècle. Après avoir convaincu le propriétaire, les protagonistes invitent les autorités à une concertation intelligente et positive. Autour de la table, Ville et Canton se montrent coopératifs, admettant notamment de ne pas établir de plan localisé de quartier. Ce précieux gain de temps est mis à profit par les architectes et le Maître de l’ouvrage pour développer un projet clair et franc.

Uniquement dévolu au logement, l’immeuble offre 60% d’appartements subventionnés en habitation mixte (HM) au lieu du 30% minimum obligatoire ; le 40% restant se voyant quant à lui réservé à la vente (PPE). Avec six étages et trois entrées distinctes, le volume met à disposition un panel varié de 48 appartements allant du 3 au 6 pièces. Les deux sous-sols abritent 22 places de stationnement et divers locaux techniques. Conformément aux vœux de chacun, les deux arbres emblématiques du site (un hêtre pourpre et un charme centenaire) sont heureusement maintenus.

PROJET

Rigoureuse simplicité. L’immeuble propose des surfaces agréablement baignées de lumière naturelle. Les typologies favorisent la convivialité dans les pièces à vivre et une certaine privacité pour les parties nuit. Séjours et salles à manger sont ainsi réunis dans un même espace, alors que les chambres restent indépendantes, accessibles directement depuis les entrées. Uniquement orientées vers l’ouest, les loggias apportent une large extension des pièces de jour vers l’extérieur.

L’expression générale s’inspire directement du travail de l’artiste plasticien américain Donald Judd (1928-1994). Comme dans les oeuvres du new yorkais d’adoption, on retrouve un langage minimaliste où se juxtaposent des pleins et des vides, des couleurs et des matières. Subtile, la composition des façades souligne et personnalise dans un élégant camaïeu de gris chacune des unités d’habitation.

Cette référence à l’art contemporain cache un système constructif éprouvé et efficace, structure en béton armé, isolation périphérique performante et capteurs solaires en toiture, le tout permettant le label Minergie®, ainsi que des finition soignées, tant pour les appartements subventionnés que pour ceux destinés à la vente.

L’extérieur invite à la détente grâce à l’aménagement d’un joli parc privé et, bien entendu, à la présence des deux vénérables arbres. Alors que les contraintes de chantier rendaient pratiquement impossible l’accès aux engins, la coordination maîtrisée entre les acteurs a permis de mener à bien les travaux sans soucis majeurs.

En dialogue avec le bâtiment situé de l’autre côté de la rue qui propose un jeu de lumière permanent sur ses façades, l’immeuble de « L’Amandolier » assume une contemporanéité sobre et retenue. Preuve de réussite, il s’impose désormais avec évidence dans ce coin de la ville prisé des Genevois.

Télécharger la version PDF
Télécharger la version PDF